Juno survole Jupiter de très près


La sonde Juno de la NASA a survolé la plus grosse planète du système solaire.

Avec un vol autour de Jupiter effectué à 4.200 kilomètres, c’est une grande première et c’est aussi le plus rapproché de toute la mission. Des images et des résultats de mesures seront communiqués dans les prochains jours.

sonde juno au-dessus de Jupiter

Illustration de la sonde Juno (NASA) au-dessus de l’atmosphère de Jupiter – les antennes sont dirigées vers la Terre – elles permettront de transmettre les précieux clichés du survol historique Crédits : NASA/JPL-Caltech

Retour sur le contexte de la mission Juno

Il s’agit d’une mission de la NASA dont l’objet est l’étude de la plus grosse planète du système solaire : Jupiter.

A la différence d’autres missions, celle-ci est exclusivement dédiée à l’étude de la géante gazeuse.

Juno a été lancée en août 2011 pour un coût de 1.1 milliards de dollars:

juno-floride

La sonde Juno (3.6 tonnes) en attente de son lancement en 2011 à bord d’une fusée Atlas V-551 à Cap Canaveral en Floride Crédits : NASA/KSC

La mission doit permettre de percer les mystères de Jupiter, planète encore assez méconnue.

Jusque à ce jour, de nombreuses missions spatiales l’ont visitée mais aucune n’a vraiment pris le temps de l’étudier. Alors que Jupiter est la planète la plus grosse du système solaire, elle reste un vrai mystère. C’est d’ailleurs assez fou quand on sait que de nombreux mystères ont été levé sur Pluton, présente aux confins du système solaire (voir dossier sur New Horizons)!

Que cherche-t-on à comprendre ?

Comme je le disais ci-dessus, Jupiter est une planète assez méconnue. Voici comment on pourrait résumer la mission de Juno en 3 points:

  • comprendre le scénario de naissance de Jupiter
  • connaître sa constitution (noyau/atmosphère/magnétosphère)
  • éclaircir son rôle (clef) lors de la formation et la stabilisation du système solaire

Comme vous l’aurez compris au travers de ces 3 points, on ne connaît donc pas précisément la planète Jupiter!

Pour pouvoir répondre à ces questions, la sonde va s’intéresser à ses couches internes, à la composition de son atmosphère et à sa magnétosphère.

On pense actuellement que cette planète est la première à s’être formée dans notre système. Les scientifiques espèrent ainsi qu’elle stocke en son centre les traces des premiers éléments présents à la naissances du système solaire.

Autre point, on ne sait pas si Jupiter dispose d’un noyau.

Si l’on va un peu plus loin, on cherche également à acquérir de nouvelles connaissances sur les planètes géantes. Jupiter dispose d’un puissant champ magnétique qui rappelons-le est un parfait protecteur de la vie. Grâce à lui, il est possible que la vie existe sur l’une de ses lunes. De nombreuses théories pourraient donc être appliquées à des exoplanètes à partir de l’étude de Jupiter.

D’ailleurs, à la fin de sa mission, la sonde Juno sera désorbitée et brûlera dans l’atmosphère de la géante gazeuse. Les membres de la mission souhaitent écarter tout risque de pollution de vie primitive sur l’une des lunes de Jupiter.

De nombreux scientifiques pensent que le satellite Europe pourrait abriter de la vie. Il fera l’objet de plusieurs missions dans les années à venir.

Une mission chargée de symboles

Pour la petite histoire, la sonde n’est pas vraiment seule : 3 figurines LEGO en aluminium ont été placées à bord :

lego-juno

Figurines LEGO placées à bord de la sonde Juno. Elles représentent le dieu Romain Jupiter, sa femme Juno et Galilée. La NASA travaille en partenariat avec la société LEGO dans un objectif pédagogique Crédits : NASA/JPL-Caltech/KSC

Bien évidemment, ces personnages (aussi appelés Legonautes) sont géniaux. En dehors de cette considération, ils ont une signification:

  • Dans la mythologie grecque, Jupiter cache ses espiègleries sous un voile de nuages
  • Juno, qui tient la loupe, a la faculté de voir à travers ces nuages depuis le Mont Olympe pour comprendre la véritable nature de Jupiter
  • Galilée est présent en l’honneur du savant italien à l’origine de la découverte des satellites de Jupiter

De même, une plaque commémorative est présente à bord :

galilee-juno

Plaque présente à bord de la sonde Juno en hommage au célèbre astronome italien Galileo Galilei Crédits : NASA/JPL-Caltech/KSC

Son arrivée en orbite autour de Jupiter

Le 5 juillet 2016, la sonde Juno se plaçait en orbite autour de Jupiter. L’opération s’est alors correctement déroulée après 2.7 milliards de kilomètres parcourus. La sonde se trouvait alors à 869 millions de kilomètres de la Terre ce qui implique un temps de transfert du signal radio de 48 minutes.

A ce jour, tous les instruments embarqués à bord répondent correctement. Il est est donc de même pour la caméra dédiée aux clichés pour le grand public:

juno-orbite

Premiers clichés pris par la caméra JunoCam suite à sa mise en orbite le 5 juillet. Cette photo date du 10 juillet alors que la sonde était à 4.3 millions de kilomètres de Jupiter. On y voit son atmosphère, sa grande tâche rouge et 3 de ses 4 grands satellites. Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS

Ainsi, la sonde Juno est en orbite polaire et la durée de la mission est pour l’instant estimée à 20 mois ce qui représente 37 survols. L’orbite choisie est extrêmement rapprochée puisqu’elle permettra à la sonde de se rapprocher à 10.000 kilomètres de ses pôles et à 5.000 kilomètres de son équateur. Rien de mieux pour effectuer de gros plans sur son atmosphère! Rappelons par exemple que le diamètre de Jupiter est de 140.000 kilomètres…

Si les survols sont aussi rapprochés, ce n’est pas que pour les observations : l’environnement autour de Jupiter est extrêmement hostile. En effet, de puissantes « ceintures de radiations » émanent de la planète.

Il y a alors 2 stratégies : soir rester très loin de la planète (c’est ce qu’avait fait la sonde Galileo), soit se placer entre la planète et les radiations. C’est la seconde solution qui a été retenue!

La sonde doit donc passer entre la planète est ces régions dangereuses où des particules hautement énergétiques risqueraient de détruire son électronique à bord. Évidemment, les radiations ne seront pas complètement évitées ce qui vise à diminuer la durée de vie de l’appareil.

L’orbite est pour l’instant de 53.5 jours mais elle se réduira à 14 jours dès le mois d’octobre. A cette date, la campagne de mesures débutera officiellement.

Son passage rapproché du 27 août

juno-survol

Cette image a été prise par la sonde Juno le 27 août 2016 alors qu’elle se rapprochait de Jupiter. Elle était encore à plus de 700.000 km lorsque ce cliché a été pris. Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS

Ce survol est un véritable succès. A ce jour, aucun instrument n’avait réussi un tel exploit. Le précédent record était tenu par la sonde Pioneer qui s’était rapprochée de 43.000 kilomètres en 1974 .

Le passage s’est effectué à la vitesse folle de 208.000 km/h. Plusieurs mesures et images ont été prises.

Pour l’instant aucune image n’a été communiquée et pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la sonde étant éloignée, le débit de transmission des données est faible. Il faut donc du temps pour recevoir mesures et images.

Une autre raison est que la NASA va certainement prendre le temps d’analyser les clichés et de sélectionner les meilleurs ou les plus intéressants.

Enfin, il y a fort à parier que la NASA va vouloir assurer un coup de com’. Ainsi va-t-elle chercher à susciter l’impatience. Elle a dores et déjà indiqué que les premières données reçues étaient intrigantes… L’affaire est donc à suivre de très près, sacrés trucsduciel 🙂

Cet article vous plaît ? Partagez-le !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *