Nix Olympica : immersion totale dans un voyage à destination de Mars !

Envie d’évasion en ces temps d’hiver et de confinement ? Si vous êtes prêts à vous laisser embarquer dans une aventure nouvelle, je vous recommande sans hésiter Nix Olympica.

C’est un achat plaisir à effectuer sans hésiter pour tout fan d’espace et d’exploration et surtout un superbe cadeau en vue des fêtes de fin d’année ! Mieux encore, ce livre s’adresse parfaitement aux adolescents.

Nix Olympica est un roman d’anticipation décrivant un voyage à destination de Mars en 2038. Je vous propose de le découvrir ainsi que son auteur Nicolas Beck avec qui j’ai eu la joie d’échanger.

C’est parti !

J’aurais mille et une façons de décrire mon aventure au travers de la lecture de Nix Olympica. A la manière dont Nicolas Beck m’a convié au voyage, je vous propose de vous parler de mon expérience. Je vais donc vous parler du livre, de son histoire, de l’écrivain et des raisons qui me conduisent à vous faire connaître ce roman.

Que vous me croyez ou non, j’ai passé d’excellents moments dont je viens vous parler aujourd’hui.

Dans ce nouvel article, je vais tout d’abord vous parler du roman : l’histoire, sa structuration, ce que j’ai découvert, le style d’écriture. Puis je vous parlerai un peu plus de l’auteur et je vous partagerai les quelques mots que nous avons échangé.

Êtes-vous prêts à m’accorder quelques minutes d’attention ? Voyage hors du commun garanti !

L’intrigue

L’histoire se déroule en 2037 : 5 astronautes s’apprêtent à embarquer à destination de Mars. C’est la mission “Mars 2038” ! Cette mission est historique et marque le début d’une nouvelle ère d’exploration pour l’humanité. Le monde est en effervescence et la mission est suivie au jour le jour.

Cette équipe est composée de plusieurs nationalités dont une femme française, personnage principal de l’histoire. Cette dernière va décider de tenir secrètement un journal de bord. Elle embarque ainsi le lecteur à ses côtés à destination de Mars.

Ses découvertes seront stupéfiantes et en décalage avec la mission idéale que les agences spatiales décrivent depuis la Terre…

Un départ puis le grand voyage

Bien évidemment, vous devez imaginer que le roman évoque le recrutement des astronautes, les test qu’ils ont subi puis leur préparation à la mission. C’est effectivement le cas et le montage de la mission (recrutement, espaces de vie, technologies) se déroule sans grosse surprise. Beaucoup d’aspects techniques ressemblent aux missions que l’on connaît à destination de l’ISS. Nicolas Beck propose là un concentré des connaissances et de techniques et les met en musique dans son roman.

Le lien avec les connaissances actuelles s’arrête là car la suite de l’histoire s’accélère…

Et le voyage n’est pas calme…

Un voyage vers Mars n’a rien d’une promenade et j’imaginais déjà l’équipage connaitre des difficultés. Avec ce roman, on plonge dans le quotidien des astronautes, des difficultés techniques et surtout de leurs relations. Cet aspect est particulièrement bien traité et propose une observation des comportements humains en situation de confinement.

Les personnages vont en effet connaitre des sauts d’émotions démesurés en fonction des événements qu’ils vont rencontrer. L’immersion est totale au fil de péripéties.

Nicolas Beck joue également à aiguiser notre regard critique en nous faisant vivre les péripéties de l’équipage tout en proposant différents points de vue :

Tout d’abord, le plus proche de l’équipage avec le journal de bord mais également une intelligence artificielle tout autant omniprésente qu’inquiétante.

En parallèle, les médias sur Terre (journaux, émissions de radio) relayent les informations que l’agence spatiale manipule à souhait. Cette dernière gère méthodiquement les communiqués et l’on remarque de fortes différences entre la situation dans le vaisseau et la communication publique édulcorée…

Au fil de la lecture, le temps passe donc très vite. La typographie ainsi que les illustrations choisies rendent l’ouvrage très agréable.

C’est ainsi que le roman nous embarque dans un rythme effréné, plaisant à lire :

La structuration du livre, les illustrations, les communiqués, le journal de bord facilitent le plongeon dans l’univers de Nix Olympica

Immersion dans la tête des astronautes

Au delà de l’historie racontée, vous allez également beaucoup apprendre sur la psychologie humaine. Cet aspect est primordial car contrairement à un voyage vers la Lune qui se réalisait en quelques jours, il faudra pour Mars gérer un voyage de plusieurs longs mois.

C’est ainsi que l’auteur nous faire ressentir les sentiments de paranoïa, d’isolement extrême, de solitude. La nostalgie de la planète mère (la Terre) est également parfaitement perceptible à de multiples reprises.

Découvrez qui est Nicolas Beck

Un géologue pas comme les autres

Nicolas Beck est géologue de formation. Au cours de ses études,il s’est spécialisé dans la communication scientifique : c’est devenu une réelle vocation. Aujourd’hui, il est directeur de la vie universitaire et de la culture à l’Université de Lorraine.

A la suite de cette aventure, j’ai eu envie de m’intéresser à l’auteur, de le questionner. Voici nos échanges :

A quand remonte votre passion pour les sciences ? Pourriez-vous nous décrire brièvement votre parcours scolaire/universitaire ?

A 8 ans, j’ai découvert des fossiles dans mon jardin, ce qui m’a amené à lancer une collection de cailloux en tous genres, le début de ma passion pour les sciences de la Terre et de l’Univers. C’est sans doute à cet âge que j’ai compris que je me tournerais plutôt vers les sciences ! A l’université, j’ai suivi un parcours en géologie puis j’ai bifurqué vers la médiation scientifique, ce qui a été pour moi une manière de garder un contact étroit avec les chercheurs d’une part et avec le public d’autre part.

Vous êtes décrit comme un passionné de sciences. Vous occupez actuellement le poste de directeur de la vie universitaire et de la culture à l’Université de Lorraine.  Pourriez-vous nous décrire vos missions au quotidien entre votre différentes activités (vulgarisation, enseignement, projets scientifiques, direction) ?

Mon travail consiste, avec mon équipe, à tisser des liens étroits entre le public au sens large et le monde scientifique et artistique. Concrètement, nous abordons des questions sociétales d’actualité autour desquelles nous proposons, à travers l’intervention de scientifiques, d’auteurs ou d’artistes, des regards croisés de spécialistes. Au quotidien, à l’université, il s’agit aussi de préparer les chercheurs et les doctorants à intervenir face au grand public, car l’exercice est périlleux. Je n’enseigne pas à proprement parler mais je pilote des formations de doctorants pour les préparer à mieux vulgariser leurs recherches.

En tant que géologue, j’imagine que les missions martiennes vous passionnent. Nix Olympica apporte une vision très contemporaine du lien entre l’exploration spatiale et notre planète. Par exemple, on ne parle pas de conquête mais véritablement d’exploration dont les découvertes amélioreraient nos problématiques terrestres. Votre roman évoque également le thème du respect de la Nature et du développement durable. Quelle est votre vision sur l’avenir de l’exploration martienne ?

En effet, je ne me sens pas à l’aise avec le mot « conquête », qui constitue selon moi une vision très dépassée du domaine spatial, et surtout très anthropocentrée. Nous ne sommes pas de nouveaux conquérants, qui partent à l’assaut de terres inconnues pour développer notre civilisation…

Si je respecte parfaitement les autres points de vue, je défends toutefois les aspects scientifiques de l’exploration martienne, qui visent à développer nos connaissances sur cette mystérieuse planète, sur l’apparition de la vie, mais aussi sur l’histoire de la Terre. Cette démarche est entreprise avec un souci de respect de notre environnement (y compris l’environnement martien), et je suis satisfait, dans les discussions que je peux avoir avec des chercheurs, que ces aspects soient pleinement pris en compte aujourd’hui.

Nix Olympica fait référence à plusieurs reprises au livre « 1984 » de George Orwell. Est-ce une source d’inspiration ? Est-ce pour susciter l’esprit critique ?

1984 est vraiment un ouvrage de référence que je recommande vivement. J’ai voulu y faire un clin d’œil, en l’emmenant sur Mars dans mon livre, car certains passages me semblaient complètement d’actualité et très en lien avec les héros de mon aventure, à commencer par le fait d’écrire un journal en cachette et d’être sous surveillance constante.

Nix Olympica se veut accessible à tous et notamment aux adolescents. Il évoque également certains aspects négatifs des technologies et met en exergue les failles de notre société. Quel message général souhaitez-vous leur adresser ? Particulièrement vis-à-vis des technologies, de leur usage ainsi que sur l’exploration spatiale ?

Je trouve que le roman est un superbe outil de médiation scientifique : le lecteur a l’opportunité de se plonger dans un sujet, d’y réfléchir, d’y revenir s’il le souhaite, à son rythme. Et cela permet de parler de science sans même le dire ! A ce titre, Nix Olympica permet en effet de se questionner sur certains aspects des sciences ou des technologies, sur lesquels j’ai envie de faire réagir. Quelle place laisser aux technologies dans notre quotidien ? Une société hypercontrôlée et hypertechnologique prendra-t-elle la main sur le contrôle de notre corps, nos pensées, notre sexualité ? Ces thèmes, traités avec le décalage puisque l’action se déroule en 2037/2038, font évidemment écho à des sujets d’aujourd’hui. Quant à l’exploration spatiale, il me semble important, comme on le disait plus haut, de l’envisager avec éthique et responsabilité.

Mon avis

A la lecture de Nix Olympica, j’ai 2 satisfactions à afficher. Tout d’abord, c’est un livre français et nous pouvons être fiers d’avoir des auteurs d’une telle qualité. Cet aspect m’a plu car d’habitude, ce type de livre est noyé dans la culture américaine. Par exemple, de nombreux titres de presse parsemment le livre : le Monde, l’Est Républicain..

Ensuite, c’est un livre profondément contemporain. Il y a en effet peu de différences entre le société de 2037 et les technologies utilisées. De même, plusieurs éléments font appel à l’actualité.

L’autre raison d’acheter et d’offrir ce livre, c’est sa faculté à interroger le lecteur. Et là, Nicolas Beck marque un point sur lequel j’insiste !

Nicolas Beck est un communiquant scientifique qui souhaite développer le sens critique du grand public. Avec Nix Olympica, vous découvrirez les failles de notre société et vous questionnerez sur l’usage des technologies. Il sera question de corruption, de questions éthiques avec la mise en sommeil des astronautes, de questions technologiques avec la présence d’une IA au services des humains mais aussi très dérangeante…

J’avoue que j’ai un peu moins aimé la fin de l’histoire pour avoir imaginé différents scénarios. Cependant, la fin met en exergue le travail important de construction de l’historie et d’indices parsemés depuis le début.

Vous disposez maintenant de tous les éléments nécessaire pour faire votre choix !

C’est ainsi que je vous conseille de vous procurer ET d’offrir ce magnifique objet de culture français à Noël via les liens ci-dessous ou directement chez votre libraire :

Je remercie Nicolas pour sa confiance et pour le temps qu’il à pris à me répondre.

Nix Olympica plaira sans aucun doute à tous les passionnés d’exploration spatiale. C’est un véritable coup de cœur que je recommande.

Cet article vous plaît ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *