Opposition de Mars : n’attendez pas 2033 pour observer la planète rouge !

Je crois que je ne me trompe pas lorsque je dis que la planète rouge est LA planète qui anime le plus de fantasmes dans l’imagination collective ! Et pour cause, nous avons durant des siècles imaginé d’autres formes de vies, de civilisations sur notre voisine. Selon moi, le concept des “canaux martiens” en est l’exemple le plus flagrant.

Alors que ce mois d’octobre nous permet de vivre une opposition martienne, je suis persuadé que vous avez envie de vous lancer dans l’observation de Mars. De même, pourquoi ne pas vous lancer dans quelques photographies?

La situation actuelle est exceptionnelle (taille apparente, hauteur dans le ciel) et je ne pouvais pas laisser passer l’événement sans vous en parler.

Voici le maximum de conseils que je peux vous livrer afin que vous réussissiez votre observation !

Pour une meilleure navigation, voici le sommaire de cet article :

1. Observation de Mars, c’est maintenant !

La distance entre la Terre et la planète Mars évolue fortement. Elle passe en effet entre 55 à 400 millions de kilomètres. Les observations peuvent donc fortement fluctuer en fonction des positions des deux planètes.

Le moment idéal est appelé l’opposition. Il s’agit de la position particulière lorsqu’on a l’alignement Soleil – Terre – Mars. A ce moment, la distance Terre – Mars est la plus faible.

Pour illustration, je vous ai concocté la simulation ci-dessous exposant clairement les positions des planètes :

Position des planètes au 13 octobre 2020. On observe que la Terre et Mars sont au plus proche. Simulations obtenues grâce au simulateur “Solar System Simulator” Crédits : Courtesy NASA/JPL-Caltech.

Si vous me suiviez il y a 2 ans, vous devez vous souvenir de l’importance d’une opposition martienne. Pour les autres, je vous invite à lire mon article sur l’opposition 2018.

Ce phénomène se produit tous les 2 ans et il a lieu en ce mois d’octobre ! Notez la date dans vos agendas : il s’agit du 13 octobre.

Après le 13 octobre, la Terre sera dans une phase d’éloignement, tout aussi intéressante.

Il existe des oppositions plus ou moins favorables. En effet, entre oppositions la distance Terre – Mars peut varier du simple au double. Cette opposition 2020 est historiquement intéressante.

Les agences spatiales ont d’ailleurs profité de cette opposition pour envoyer de nouvelles missions en direction de la planète rouge :

  • Les États-Unis ont envoyé leur rover Perseverance.
  • Les Émirats arabes unis ont envoyé un orbiteur appelé Hope.
  • La Chine a lancé sa sonde Tianwen-1 comportant un orbiteur, un atterrisseur et un rover.

2. Comment localiser Mars dans le ciel ?

Rien de plus simple : il vous suffit de rechercher un point très brillant à la couleur rouge vive. A la tombée de la nuit, regardez à l’est et vous la trouverez. Mars est très visible, son diamètre en opposition pouvant passer de 3.5” à plus de 25”. Si on veut être plus précis, il faut rechercher en-dessous de la constellation de Pégase dans les Poissons :

La planète Mars se situe dans la constellation des Poissons (Crédits : Stellarium)

Pour cette opposition 2020, Mars atteindra le diamètre apparent de 22.4 secondes d’arc ce qui est très bon. De plus, la planète sera haute dans le ciel (contrairement à l’opposition de 2018).

3. Comment observer la planète Mars et que peut-on voir ?

Comme vous l’avez compris, le repérage de la planète Mars est aisé. En revanche, son observation est plus complexe. A l’oeil nu, il n’est pas possible d’observer des détails mais de jolis moments peuvent être captés, notamment avec la Lune.

Les rapprochement avec notre satellite naturel sont en effet d’excellents moments au niveau esthétique qui mettent clairement la planète Mars en valeur. Par exemple, profitez de la nuit du 29 octobre pour effectuer quelques clichés de rapprochement entre Mars et la Lune :

Le 29 octobre sera l’occasion de saisir de jolis clichés (Crédits : Stellarium)

Avec des jumelles, l’intérêt n’est pas plus important. Vous verrez clairement un disque rougeâtre mais sans plus de détails.

Pour commencer à faire des observations, il est nécessaire de s’équiper d’une lunette ou d’un télescope dont le diamètre se situe dans une fourchette de 60 à 100mm. Avec ce type d’instrument les aspects globaux seront accessibles (changements de couleurs du sol).

A partir d’un télescope de 100 mm à 150 mm, plusieurs détails seront accessibles :

  • Visibilité de la calotte polaire sud (zones claires aux pôles).
  • Syrtis Major (étendue la plus sombre de Mars).
  • Le bassin d’impact Hellas Planitia (zone claire).

Pour mener à bien ces observations, il sera nécessaire d’utiliser un fort grossissement : entre 1 et 2 fois le diamètre de l’instrument.

Au-delà de ces diamètres, les fin détails seront accessibles.

Petit conseil : Si vous souhaitez aller plus loin, je vous conseille d’exploiter le logiciel WinJupos pour simuler l’aspect de Mars à une heure et une date donnés. Mars tourne sur elle même en un peu plus d’une journée terrienne. Vous verrez ainsi la surface changer au cours d’une même nuit.

4. Lancez-vous !

L’opposition de 2020 n’est certes pas aussi intéressante que celle de 2003 qui était exceptionnelle. Néanmoins, les conditions sont très favorables et durant tout l’automne. Il faudra ensuite attendre 2033 pour avoir des conditions aussi généreuses, c’est donc le moment !

Cet article vous plaît ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *