Observez le ciel nocturne du mois de février !

Article mis à jour le 28 février 2022 par planetenico

Nous sommes au cœur de l’hiver ! Doucement, le Soleil résiste en fin de journée et se couche ainsi de plus en plus tard. Les nuits sont froides mais donnent de magnifiques occasions de découvrir le ciel nocturne d’hiver. Avez-vous pu observer la nébuleuse d’Orion ces dernières semaines ? C’est aussi une star du ciel nocturne de février.

Avec les articles précédents (janvier, décembre et même novembre) , vous disposez de tous les éléments pour contempler les constellations d’hiver.

Je vous propose donc dans cet article un nouveau tour d’horizon en mode observation. Et si je vous proposais une ballade dans le ciel nocturne de février ?

Et si nous dessinions un grand « G » dans le ciel ? Souvent en astronomie, il est pratique d’imaginer des formes simples dans le ciel pour se repérer aisément. Je vous propose aujourd’hui de faire un tour du ciel d’hiver en imaginant cette lettre.

Partons donc à la découverte de ce que l’on appelle « le grand G de l’hiver ».

Pour une meilleure navigation, voici le sommaire de cet article :

1. Commencez à vous repérer dans le ciel étoilé de février

Bonne nouvelle, je ne vais pas vous demander d’imaginer des personnages issus de la mythologie dans le ciel ! Il va simplement être nécessaire d’imaginer la lettre G en majuscule.

Allez, pour vous aider voici une petite représentation du ciel nocturne de février :

  • grand-g-de-l-hiver
  • ciel-nocturne-fevrier

Autre bonne nouvelle, cette forme est facilement visible :

Elle est en effet assez haute dans le ciel. De plus, elle trouve sa place en direction du SUD en début de soirée.

Cette forme, très facile à repérer est visible grâce à un bel ensemble d’étoiles brillantes.

En tout, vous compterez 9 étoiles principales.

Ce grand G de l’hiver est une manière de s’approprier le ciel. Bref, c’est un bon moyen mnémotechnique pour se repérer au milieu de 6 constellations majeures.

Le saviez-vous ? Le grand G de l’hiver s’appelle un astérisme. Il s’agit d’un ensemble apparent d’étoiles formant une figure. Ces étoiles sont proches sur la sphère céleste mais pas dans leur positionnement dans l’Univers.

2. Au départ, cherchez le phare du ciel nocturne de février avec la constellation du Taureau

Notre voyage dans le ciel de février commence dans l’œil du Taureau, symbolisé par la magnifique Aldébaran :

Aldébaran, œil du Taureau (Crédits : Stellarium)

Si vous souhaitez plus d’informations, je vous rappelle mon article du mois de novembre.

Il s’agit d’une magnifique géante orangée.

Dans cette région, prenez le temps d’observer l’amas des Hyades. Attention, cet amas est étendu. Utilisez des instruments adaptés à l’observation des grands champs.

Les Hyades sont en forme de « V ». Elles marquent la tête du Taureau.

Au-dessus, observez un autre amas célèbre : celui des Pléiades. C’est un véritable bijou !

Avez-vous envie d’observer une nébuleuse facile à cibler ? Je vous propose l’amas M1 :

  • nebuleuse-crabe
  • nebuleuse-crabe

Cette nébuleuse est intéressante à observer. Il s’agit des restes d’une supernovae qui aurait explosé vers 1054. Elle aurait été visible, même en journée. Lorsque vous l’observez, il faut imaginer une enveloppe de gaz.

3. Hop, partons maintenant voir le Cocher !

En longeant les cornes du Taureau, nous arrivons dans une autre constellation : le Cocher. Sa principale étoile est Capella. Avec cette magnifique étoile, on se situe dans la partie la plus boréale du grand « G » :

L’étoile Capella est facile à repérer (Crédits : Stellarium)

La constellation du Cocher est riche en amas ouvert. Profitons de ce voyage pour en observer plusieurs :

  • le-cocher
  • amas-du-moulinet
  • amas-sel-et-poivre
  • amas-etoile-de-mer

Voici ci-dessus 3 amas à découvrir aux jumelles :

  • M36 : C’est un amas ouvert et brillant d’étoiles. Il est presque visible à l’œil nu. Il comprend une soixantaine d’étoiles.
  • M37 : C’est l’amas le plus brillant et aussi le plus grand de la constellation du Cocher. Il a le record en nombre d’étoiles, plusieurs centaines dont quelques géantes rouges.
  • M38 : C’est un bel amas d’une quarantaine d’étoiles.

4. Descendons un peu dans le ciel, direction EST

Tiens donc, vous observez maintenant 2 étoiles bien brillantes ? Il s’agit de Castor et Pollux.

Arrivée dans les Gémeaux (Crédits : Stellarium)

Eh oui, vous êtes dans les Gémeaux. Cette constellation est très étendue. Castor est un système très complexe comptabilisant en réalité 6 étoiles. Pollux est quant à elle une géante rouge.

Ces deux étoiles marquent la partie EST du dessin du grand « G ».

Puisque nous sommes dans les Gémeaux, profitons-en pour observer M35, joli amas ouvert :

Messier 35 , amas ouvert des Gémeaux (Crédits : Stellarium)

Cet amas est très large dans le ciel. Il compte plusieurs centaines d’étoiles.

5. Poursuivons notre voyage dans le ciel nocturne de février, un peu plus bas

Si l’on continue à se balader, vous n’aurez aucune difficulté à repérer l’étoile suivante :

L’étoile Procyon, très lumineuse se situe dans une zone peu riche en étoiles (Crédits : Stellarium)

Il s’agit de Procyon. Cette étoile fait partie de la constellation du Petit Chien (un des deux chiens d’Orion).

6. Encore un peu plus bas dans le ciel

Étoile encore plus brillante que les précédentes, c’est maintenant le tour de Sirius :

Sirius est l’étoile la plus brillante (Crédits : Stellarium)

C’est l’étoile la plus brillante de notre ciel. Cette étoile fait partie de la constellation du grand Chien. Elle représente aussi l’un des deux chiens d’Orion.

7. Finissons notre voyage du ciel nocturne de février dans Orion

Notre voyage s’achève dans la constellation d’Orion. Là encore, aucune difficulté à la repérer :

La constellation d’Orion (Crédits : Stellarium)

Vous arrivez par ses pieds et l’étoile bleutée Rigel. Ils s’agit des pieds du chasseur Orion !

Remontez ensuite en direction de Bellatrix puis finissez votre chemin plus à l’EST sur la magnifique étoile rougeoyante Bételgeuse.

Notre tour s’achève donc ici sur ces astres. Si vous souhaitez sortir un peu de ce ciel nocturne de février, je vous recommande d’utiliser une carte comme celle-ci :


Omegon Planisphère du ciel

Avec cette visite du grand G de l’hiver, vous avez eu un tour d’horizon de jolis astres du ciel nocturne de février. A vous d’effectuer votre parcours !

Cet article vous plaît ? Partagez-le !

Une réflexion sur “Observez le ciel nocturne du mois de février !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonné à ma newsletter ?

This will close in 20 seconds